A PEINE J’OUVRE LES YEUX

Affiche A Peine j'ouvre les yeuxFilm de Leyla Bouzid
(Drame – Tunisie – 2015 – 1h42 – V.O.S.T.)
Avec: Baya Medhaffer, Ghalia Benali, Montassar Ayari, Aymen Omrani, Lassaad Jamoussi …
Prix du public – Mostra de Venise 2015

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière. Elle chante au sein d¹un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits.

« Tunis, été 2010, quelques mois avant la révolution. Farah, 18 ans, a tout pour elle : belle comme le jour, tout juste bachelière, elle chante comme elle respire dans un groupe rock engagé. Sa mère s’inquiète : elle sait combien il est dangereux, dans un État policier, d’être une fille affranchie qui refuse de se taire… Gracieux coup de poing que ce premier long métrage qui combine ardeur politique et qualités musicales — les scènes de concert du groupe sont électrisantes. A travers le portrait de cette insoumise, ce teen movie d’émancipation exprime, aussi, la soif de liberté de toute une génération. Pour son premier rôle à l’écran, Baya Medhaffar a la beauté d’une Sophie Marceau de « boum orientale » et la rage, sur scène, d’une Joan Jett. Sa mère, qui lui interdit de chanter, est formidablement incarnée, et c’est piquant, par la chanteuse tunisienne Ghalia Benali. Avec ce film qui a raflé des prix dans tous les festivals (y compris en Tunisie, où le film sera sur les écrans en janvier), la jeune cinéaste marche, la tête haute et les yeux grands ouverts, sur les traces de son père, Nouri Bouzid, réalisateur, en 1986, de L’Homme de cendres, censuré un temps dans son pays, avant d’y rencontrer un large succès. Fille du printemps arabe, Leyla, elle, ne risque de connaître, et c’est tant mieux, que le succès. »
Guillemette Odicino – Télérama

Ce film est précédé du court métrage
ORIPEAUX
Film de Mathias de Panafieu & Sonia Gerbeaud
(Animation – France – 2013 – 10′)

Dans un village isolé, une petite fille se lie d’amitié avec une meute de coyotes. Les villageois mettent brutalement fin à cette relation sans se douter du soulèvement qui les guette.

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
mercredi 20 janvier à 20h30
samedi 23 janvier à 21h
lundi 25 janvier à 20h30

Lamastre (centre multimédia)
jeudi 21 janvier à 20h30
mardi 26 janvier à 20h30

Bande annonce

Laisser votre avis