AIMER, BOIRE ET CHANTER

affiche Aimer Boir et chanterFilm de Alain Resnais
(Comédie – France – 2014 – 1h48)
Avec: Sabine Azéma, Hippolyte Girardot, André Dussollier, Michel Vuillermoz, Sandrine Kiberlain

Lorsque le médecin Colin apprend par mégarde à sa femme Kathryn que les jours de son patient George Riley sont sans doute comptés, il ignore que celui-ci a été le premier amour de Kathryn. Les deux époux, qui répètent une pièce de théâtre avec leur troupe amateur locale, persuadent George de se joindre à eux. Cela permet à George, entre autres, de jouer des scènes d’amour appuyées avec Tamara, la femme de son meilleur ami Jack, riche homme d’affaires et mari infidèle. Jack, éploré, tente de persuader Monica, l’épouse de George qui s’est séparée de lui pour vivre avec le fermier Simeon, de revenir auprès de son mari pour l’accompagner dans ses derniers mois. Au grand désarroi des hommes dont elles partagent la vie, George exerce une étrange séduction sur les trois femmes : Monica, Tamara et Kathryn. Laquelle George Riley emmènera-t-il en vacances à Ténérife ?

« C’est la troisième fois – après Smoking/NoSomking et Coeurs – que Resnais adapte le dramaturge Alan Ayckbourn, fin décrypteur des moeurs et des coeurs dans la campagne anglaise (donc partout). Tout tourne autour d’un personnage que l’on ne verra jamais : George Riley. Cet homme que tout le monde décrit comme « normal » a au moins une qualité : il plaît aux femmes. Il apprend par son médecin qu’il est condamné et décide de partir en vacances à Ténérife. Le docteur a le malheur de violer le secret médical et de révéler le destin de George à son épouse. Le bouche à oreille va bon train, et bientôt se pose la même question aux femmes de la région qui ont aimé George : laquelle d’entre elles va-t-il choisir pur l’accompagner dans son dernier voyage ? Rivalités, mesquineries, humour vache, blessures non refermées, le petit théâtre ayckbournien va son train, décrivant avec indulgence les faiblesses de ses contemporains. Resnais, lui, a choisi une nouvelle forme pour son dernier ouvrage : aux décors de studio hyperréalistes de Smoking/NoSomking ou de Coeurs, il substitue un univers irréel, flou, imaginaire. Mélangeant vues aériennes, illustrations du dessinateur Blutch et décors en tissus déchirés où les comédiens semblent s’ébrouer, il les fait glisser, eux et leur jeu si précis, dans une zone indistincte où l’imagination du spectateur est en permanence sollicitée, où rien ne semble figé. Comme un brouillard, pareil aux méduses d’On connait la chanson, à la neige nocturne de Coeurs, à la poussière qui brille dans le noir. Aimer, boire et chanter, quel drôle de titre au fond, pour un film si funèbre quand même, comme une bulle qui partirait vers l’ombre. Kubrick avait conclu son dernier film, Eyes Wide Shut, sur un « Let’s fuck » dit par Nicole Kidman. Alain Resnais nous quitte en nous laissant Aimer, boire et chanter (alors que le titre de la pièce est Life of Riley). Chacun son truc. Dans le dossier de presse, Sabine Azema déclare : « Avec Resnais (sur le tournage de La Vie est un roman, leur première collaboration, en 1993 – ndlr), j’avais le sentiment d’être partie en voyage, un voyage qui n’aurait pas de fin. Peut-être, après tout, avons-nous le même âge, le même plaisir de jouer, de continuer à jouer ensemble. Je vois toujours la même image : on est dans un jardin d’herbes hautes , d’herbes folles, évidemment. C’est lui qui ouvre les grilles rouillées, on ne sait pas où on est, on ne sait pas où on va et on arrive quelque part. Toujours. »  Il semblerait que Resnais, au contraire de George, avait choisi la femme qui l’accompagnerait dans son voyage. Merci à vous, Mademoiselle Azéma. »
Jean-Baptiste Morain – Les Inrocks

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
vendredi 02 mai à 21h
dimanche 04 mai à 20h30
lundi 05 mai à 18h

Lamastre (centre culturel)
mardi 06 mai à 20h30

Bande annonce

Laisser votre avis