ALABAMA MONROE

affiche alabama monroeFilm de Felix Van Groeningen
(Drame – Belgique – 2013 – 1h52 – V.O.S.T.)
Avec: Johan Heldenbergh, Veerle Baetens, Nell Cattrysse, Jan Bijvoet…

Didier et Élise vivent une histoire d’amour passionnée et rythmée par la musique. Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l’Amérique. Elle, tient un salon de tatouage et chante dans le groupe de Didier. De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle…

« Mélodrame est un mot qui n’effraie pas Felix Van Groeningen, même s’il lui reconnaît «une connotation plutôt péjorative». Il le revendique et l’étymologie lui donne raison : son quatrième film, Alabama Monroe, mêle melos (musique) et drama. L’histoire d’un couple confronté au cancer de leur petite fille est racontée en images et en chansons, issues du répertoire country et bluegrass américain, puisque Elise et Didier, membres d’un groupe amateur, vouent un culte à la mandoline et au banjo, à Bill Monroe et à la famille Carter. Au point de baptiser leur fille Maybelle, comme Maybelle Carter. Transplanter la musique rurale des Etats-Unis dans le terroir flamand est la première originalité du film. La seconde tient à sa construction, où le groupe de bluegrass joue le rôle du chœur dans la tragédie grecque, qui commente ou anticipe l’action, relâche la tension dramatique ou l’accentue. Qu’Alabama Monroe soit adapté d’une pièce de théâtre n’y est sans doute pas étranger. The Broken Circle Breakdown (c’est aussi le titre original du film) a tourné pendant deux saisons à travers la Belgique et les Pays-Bas, avec un succès triomphal. «La pièce se présentait comme un concert, raconte le réalisateur. Entre chaque morceau, les deux personnages principaux racontaient leur histoire commune, par monologues. C’était simple et direct, avec un impact puissant sur le public, à travers un récit tellement fort que certains spectateurs pleuraient dès le premier quart d’heure». […]  Sur les planches, les indications biographiques ou sociologiques sur les héros étaient absentes. Pour le film, Van Groeningen a dû leur inventer un passé et un cadre de vie. Le couple, gentiment écolo baba, vit à la campagne, à l’écart de la société de consommation, en adepte du recyclage et de l’alimentation bio. «Je me suis inspiré de la vie de mes parents, explique le réalisateur, né à Gand en 1977. Ils ont vécu les utopies post-68, se couraient après nus dans les champs, ce genre de choses».  L’autre sujet du film, c’est l’interrogation sur l’éthique biomédicale. Quand un médecin annonce aux parents que la guérison de Maybelle pourrait dépendre des progrès à venir, George Bush Jr., aux Etats-Unis, impose son veto au financement d’un programme de recherche sur les cellules souches embryonnaires, pourtant approuvé par le Congrès. Au nom du «respect de la vie», et en invoquant la Bible. [… ] Le précédent film du cinéaste, la Merditude des choses, avait été remarqué à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, en 2009, avant de dépasser les 100 000 entrées en France. Dans cette adaptation d’un roman très trash de Dimitri Verhulst, le réalisateur s’intéressait déjà à la Belgique des marginaux.[…]. Felix Van Groeningen aime comparer son film à «des montagnes russes émotionnelles». En effet, le spectateur est pris à bras-le-corps dans une histoire intense et violente, dont la rudesse ne sera pas du goût de tous. Mais dans sa manière d’imbriquer fiction et chanson, Alabama Monroe restera comme une forme radicale de film musical. »
François-Xavier Gomez – Libération

Ce film est précédé du court métrage:
IL FAIT BEAU DANS LA PLUS BELLE VILLE DU MONDE
Film de Valérie Donzelli
(Fiction – France – 2008 – 12’12)

Adèle, une jeune trentenaire, décide de rentrer en contact avec Vidal, un musicien qu’elle admire. A sa grande surprise, celui-ci lui répond. Quelques messages sont échangés et une date de rendez-vous est fixée. Avec beaucoup d’enthousiasme, Adèle va à la rencontre de Vidal. Mais il y a une chose qu’elle n’a pas précisée : elle est enceinte.

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon)
mercredi 18 septembre à 21h
dimanche 22 septembre à 17h
lundi 23 septembre à 21h

Lamastre (centre culturel)
jeudi 19 septembre à 21h
vendredi 20 septembre à 21h

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 22 septembre à 20h30

Bande annonce

Laisser votre avis