ASTERIX – LE DOMAINE DES DIEUX

affiche Astérix le domaine des dieuxFilm de Louis Clichy & Alexandre Astier
(Animation – France – 2014 – 1h25 – 2D & 3D)
Avec les voix de: Laurent Lafitte, Elie Semoun, Alain Chabat, Alexandre Astier
Film tout public à partir de 6 ans

Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute? Non! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux ». Nos amis gaulois résisteront ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César.

« Rendons d’abord à César ce qui appartient à Goscinny et Uderzo : Astérix et le Domaine des dieux est l’un des meilleurs albums des aventures du petit Gaulois et de son village d’irréductibles. Alexandre Astier a d’autant mieux choisi cet album qu’il résonne avec la société actuelle, où l’environnement, le tourisme de masse et les grands ensembles sont devenus des problèmes particulièrement « irréductibles »… Nous sommes, donc, en 50 avant Jésus-Christ : l’envahisseur romain a presque gagné, mais tout est dans le « presque », avec ce satané village qui, décidément, résiste. Dans son palais tout en marbre, Jules César a une idée diabolique. Puisqu’il ne peut l’emporter par la force (rapport à la potion magique), il va user d’une arme plus sournoise : ramollir ces barbares de Gaulois à grands coups de sesterces et de confort. Il charge l’architecte Anglaigus, un petit nerveux ambitieux, de construire un gros complexe immo­bilier, le « Domaine des dieux », à un jet de menhir du village gaulois… Mais, heureusement, les esclaves ne sont plus ce qu’ils étaient et les légionnaires romains ont des revendications syndicales ! Avec Astérix, mission Cléopâtre, Alain Chabat avait démontré, en images réelles, que l’on pouvait apporter du sang neuf aux BD de Goscinny et ­Uderzo. En retournant à l’animation, Alexandre Astier (au scénario et aux dialogues) et Louis Clichy (au design et à l’ani­mation) avaient un défi à relever : être assez « modernes » pour un jeune public habitué aux prouesses Disney-Pixar, et préserver notre nostalgie de parents, vieux gosses encore morts de rire au souvenir des Douze Travaux d’Astérix, réalisé en traditionnelle 2D par Goscinny et Uderzo eux-mêmes. Et c’est ce qu’ils ont réussi. Côté nostalgie, ils ont demandé à ­Roger Carel, (87 ans, mais le coffre d’un jeune homme) de prêter sa voix à Astérix pour la neuvième fois de sa carrière. Côté modernisme, ils ont modélisé en 3D les personnages de la BD, misé sur le rythme, travaillé sur les textures et magnifié les décors : la forêt, par exemple, que, dans un réjouissant running-gag, les Romains déplantent et qu’Obélix replante à lui tout seul, semble sortie d’un Disney. Louis Clichy a travaillé chez Pixar, et cela se voit… Le film bénéficie, surtout, de l’humour d’Alexandre Astier. Fidèle à Goscinny, mais s’en détachant pour mieux uti­liser son goût de l’anachronisme (la série Kaamelott), il a ciselé ses dialogues : « La guerre, oui ! La pénibilité, non ! » crie ainsi un soldat romain gréviste avec la voix suraiguë d’Elie Semoun. Hilarantes, surtout, sont les répliques, politiques et intello, de Duplicatha, le chef des esclaves numides, prononcées à deux à l’heure par Laurent Lafitte… En faisant enregistrer tous les acteurs en studio comme dans une bonne vieille « dramatique » radio, puis en calant l’animation sur leur interprétation vocale, les deux cinéastes ont donné une vraie épaisseur, comique ou émouvante, à leurs personnages. Un bon dessin animé qui peut se targuer d’être, aussi, un vrai film d’acteurs, ­cela mérite tous les lauriers.  »
Guillemette Odicino – Télérama

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
mercredi 17 décembre à 17h (3D)
samedi 20 décembre à 18h (3D)
dimanche 21 décembre à 14h (2D)
lundi 22 décembre à 14h (3D)

Lamastre (centre culturel)
mercredi 17 décembre à 15h30 (2D) (ciné-goûter)
vendredi 19 décembre à 21h (2D)
dimanche 21 décembre à 17h (2D)

Bande annonce

Laisser votre avis