EVERY THING WILL BE FINE

Affiche Every thing will be fineFilm de Wim Wenders
(Drame – Allemagne / Canada – 2015 – 1h55 – V.O.S.T. – 2D & 3D)
Avec: James Franco, Charlotte Gainsbourg, Marie-Josée Croze, Rachel McAdams ..

Une nuit d’hiver, alors qu’il erre sans but en voiture après une dispute avec sa femme, Thomas percute mortellement un jeune garçon. Après plusieurs années, l’impardonnable accident résonne encore dans la vie du jeune écrivain. Mais alors que ses relations volent en éclats et que tout semble perdu, sa tragédie se transforme en succès littéraire. Et juste au moment où il pense avoir dépassé ce terrible événement, Thomas apprend à ses dépends que certaines personnes n’en ont pas fini avec lui…

« Tourné en 3D, en prises de vue réelles, Every thing will be fine emprunte à l’univers du conte une singularité fantastique. Les grains de poussière scintillent à la lumière du jour, les flocons de neige abondent en cascade de ciels gris, les personnages se détachent du cadre. Épris de compositions naturalistes, Wim Wenders embrasse les nouvelles techniques technologiques et de cette étreinte naît l’un des exemples les plus flagrants du nouveau cinéma stéréoscopique. L’utilisation de travelling compensés abouti à de superbes déformations de perspectives. Sublimée par le relief, la mise en scène permet au spectateur d’éprouver flottements et vertiges. Au seuil des maisons, la caméra se fixe et enferme l’œil curieux dans d’intimistes espaces clos. Wim Wenders et le directeur de la photographie Benoît Debie puisent leurs inspirations dans le travail de peintres comme Andrew Wyeth, Vilhem Hammershoi ou Edward Hopper. Le traitement de la lumière et ses couleurs s’en ressent. Un immense champ de soja doré par le soleil, un ancienne grange, un arbre centenaire planté au milieu d’un pré, une vallée verdoyante… Les cadres travestissent les paysages en songes. La bande-originale du film, composée par Alexandre Desplat et interprétée par l’orchestre symphonique de Gotheburg -orchestre national de Suède-, entretient cette atmosphère féérique et favorise la mise en place d’une dimension psychologique nouvelle. L’utilisation de la 3D exige un minimalisme extrême dans le jeu des acteurs. James Franco, pièce maîtresse du film, adopte la technique du dépouillement. Mis à nu, il exprime à travers un visage clos les sentiments fluctuants qui l’habitent. Mélodrame glacial, Everything will be fine explore le processus de guérison d’un traumatisme. Wim Wenders nous fait part de ses scrupules d’artistes. Est-il moral d’exploiter les souffrances d’autrui si il s’agit de création ? Mâtiné de pathos, le long-métrage n’en demeure pas moins le témoignage d’un metteur en scène à la recherche d’un cinéma nouveau.. »
Emma Martin – àVoir-àLire

Ce film est précédé du court métrage
AS IT USED TO BE
Film de Clément Gonzalez
(Fiction – France – 2013 – 08’13 – VOST)

Dans un futur proche, les professeurs ne donnent cours que devant une salle vide et une simple webcam, retransmettant la leçon sur internet. Un professeur d’histoire va voir son quotidien bousculé quand une élève franchit la porte de sa salle…

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
samedi 23 mai à 21h (3D)
dimanche 24 mai à 18h (3D)
lundi 25 mai à 21h (2D)

Lamastre (centre culturel)
jeudi 21 mai à 21h (2D)
mardi 26 mai à 21h (2D)

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 24 mai à 20h30 (2D)

Bande annonce

Laisser votre avis