HIBOU

affiche-hibouFilm de Ramzy Bédia
Comédie France – 2016 – 1h23
Avec Ramzy Bédia, Élodie Bouchez, Etienne Chicot

« Hibou » est une toute petite chose attachante, un conte sur la gentillesse et l’importance de la faire triompher (…). À prendre au premier degré en se débarrassant de tout cynisme.
Première

Pour son premier film, Ramzy a osé réaliser une comédie non pas humoristique, basée sur le verbe, mais burlesque, reposant sur le corps.
Bande à part

Certes, Ramzy emprunte allègrement à ses modèles et ex-partenaires de jeu, et son univers fantaisiste, à mi-chemin entre Pierre Richard et Quentin Dupieux, peut paraître un peu sage. C’est justement le premier degré, la douceur et la naïveté de ce conte kawaii qui étonnent et finissent par toucher.
Le Nouvel Observateur

SYNOPSIS

Rocky est un homme discret. Il est heureux mais n’existe dans le regard de personne. Un soir en rentrant chez lui, il découvre un hibou « Grand Duc » sur son canapé qui le fixe intensément. Il comprend qu’il doit agir. Le lendemain, arrivé à son bureau, il revêt un déguisement de hibou sans que personne n’y prête la moindre attention. Jusqu’au jour où il rencontre une panda…

CRITIQUE

Aujourd’hui, dans une so­ciété où le plus sexy et le plus communicant ont toujours raison, être discret revient à passer pour transparent. C’est le cas de Rocky que personne ne voit, ni au bureau, ni dans la rue. Un soir, ce dadais au pantalon trop court découvre un grand duc sur son canapé. « Quelle présence, l’animal ! » pense Rocky, qui enfile alors un déguisement intégral de hibou. Mais toujours dans l’indifférence générale ! Il faudra qu’il rencontre une fille panda pour se mettre à exister…

Il y a de légers hic (surtout au montage) dans ce premier long métrage de Ramzy, mais on s’en fiche, tant le film est gorgé de tendresse, avec son regard perçant et poétique sur la moderne solitude de cette espèce en voie de disparition : les gens gentils. Il y a cette scène douce où mademoiselle panda avoue en rougissant (enfin, c’est ce qu’on imagine) ne jamais avoir appris à faire du vélo. Celle, comique et absurde, où Eric Judor (toujours là pour son pote Ramzy) cherche en vain ce qui a changé chez Rocky. Ou encore cet ex-chanteur atteint de phonophobie, incarné par Philippe Katerine… Ce petit monde évolue dans un drôle de décor, une des autres réussites du film : un urbanisme qui tient autant de l’architecture Playmobil que de l’hommage modeste à Jacques Tati.

Guillemette Odicino – Télérama

Ce film est précédé du court métrage

L’OURS NOIR
Sélection Mèche Courte
Film de Méryl Fortunat-Rossi / Xavier Seron
Fiction, sans dialogue – France – 2015 – 15’20

Règle n°1 : Ne nourrissez jamais les ours.
Règle n°2 : Ne vous approchez pas à moins de 100 mètres.
Règle n°3 : Evitez de surprendre l’ours.
Règle n°4 : Gardez toujours votre chien en laisse.

Maintenant que vous connaissez les règles, nous vous souhaitons un agréable séjour dans le parc naturel de l’ours noir.

SÉANCES

Aucune séance trouvée.

BANDE ANNONCE

Laisser votre avis