JOUR DE FETE

Affiche Jour de fêteFilm de Jacques Tati
(Comédie – France – 1949 – 1h16)
Avec: Jacques Tati, Roger Rafal, Jacques Beauvais, Robert Balpo …
Film tout public, à partir de 6 ans

Des forains s’installent dans un calme village. Parmi les attractions se trouve un cinéma ambulant où le facteur découvre un film documentaire sur ses collègues américains. Il décide alors de se lancer dans une tournée à « l’américaine ».

« […] A revoir Jour de fête, on mesure à quel point la France a pu changer en un peu plus de 60 ans: on y croise encore des dames en costume traditionnel dans les rues d’un village plein de poussière. C’est déjà pour Tati – qui est un artiste de music-hall, un mime, un instinctif – le sujet peut-être inconscient de son oeuvre à venir (Mon oncle, Playtime, Trafic) : le passage d’une civilisation à une autre. Tous les gags, tout le récit, tournent autour du conflit qui se joue dans les êtres : comment s’adapter à un monde qu’on voit filer devant soi ? Comment le rattraper, le wagon de la modernité, quand on n’a qu’un vieux vélo qui couine ? Déplacé, bousculé, inadapté, François le facteur à moustache (puis Monsieur Hulot dans les films suivants) devient dès la sortie du film un personnage populaire auprès du public, en qui chacun peut reconnaître ses propres tiraillements drolatiques. Tati lui-même eut tout au long de son cinéma une attitude très ambivalente face au progrès, écartelé, dans ses films, entre la sciure du théâtre de ses débuts et un cinéma dont il tentait de tester toutes les nouveautés techniques. […] Tati est un burlesque de l’oreille tout autant, sinon plus que de l’oeil. Onomatopées, dialogues inaudibles, bruitages, ce grand échalas de Tati est un trieur de génie, qui n’offre au spectateur que ce qu’il veut bien lui donner. Contrairement aux apparences, on est chez un minimaliste, du côté de Dreyer, de Bresson, de la concentration sur l’essentiel, droit au but, sans fioritures. On est aussi du côté de l’enfance, du cirque, du mythe : les forains arrivent dans un petit village et s’installent. Le facteur François découvre lors d’une séance de cinématographe les moyens considérables dont disposent les Américains pour acheminer le courrier. Il décide alors, un peu éméché, d’accomplir une tournée “à l’américaine”. A la fin, les forains réunis s’en vont, laissant le village à sa paix retrouvée. Le rêve est passé. Quinze ans plus tard, d’autres forains arriveront dans la ville de Rochefort, et y rencontreront l’espace d’un film de charmantes demoiselles prénommées Delphine et Solange. O tempora, o mores ! La France aura déjà bien changé. »
Jean-Baptiste Morain – Les Inrocks

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon)
samedi 12 octobre à 18h
lundi 14 octobre à 18h
mercredi 16 octobre à 17h
dimanche 20 octobre à 15h

Lamastre (centre culturel)
mercredi 09 octobre à 17h
mardi 15 octobre à 18h30

Bande annonce

Laisser votre avis