LA VIE D’ADELE – Chapitres 1 et 2

affiche La Vie d'AdèleFilm de Abdellatif Kechiche
(Comédie dramatique – France – 2013 – 2h55)
Avec: Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Salim Kechiouche …
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

À 16 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

“Deux jeunes beautés dénudées, des scènes d’amour fort explicites, une polémique qui fait rage entre le cinéaste et ses interprètes… L’affaire semblait entendue : La vie d’Adèle, chapitres 1 et 2, palme d’or au dernier Festival de Cannes, était sans doute de ces films à scandales qui secouent l’époque puis se laissent oublier une fois éventé le parfum du soufre. Quelle erreur ! Non seulement le film d’Abdellatif Kechiche est une grande œuvre, mais c’est aussi un très beau film classique qui puise sa force vive dans la littérature. Ce n’est pas un hasard si les premières scènes saisissent une Adèle de 16 ans (Adèle Exarchopoulos) en plein cours de français. On connaît depuis L’esquive (qui réinventait Le jeu de l’amour et du hasard) l’affinité que Kechiche entretient avec Marivaux. Sa Vie d’Adèle est une cousine de La vie de Marianne : même connaissance intime du coeur féminin, même oeil impitoyable qui saisit les différences sociales et les blessures qu’elles infligent aux êtres. Dépassée par sa propre sensualité, Adèle vit avec Emma (Léa Seydoux) l’un de ces coups de foudre définitifs qui abondent dans la littérature française. Il suffit d’un regard pour qu’Adèle s’éprenne d’Emma et que son destin en soit changé. Le film sera donc une éducation sentimentale d’une cruauté toute flaubertienne, et les scènes de sexe ne servent pas un quelconque goût de la provocation mais un récit charnel et poétique, une sublime histoire d’amour. »
Florence Colombani – Le Point

Ce film est précédé du court métrage:
MOI
Film de Inès Sedan
(Animation – France – 2011 – 5’30 »)

Dans un univers rigide et très paramétré, un homme doit cacher son homosexualité et danser, jusqu’au moment où il a le courage de révéler enfin qui il est vraiment.

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon)
vendredi 08 novembre à 20h30
dimanche 10 novembre à 17h
lundi 11 novembre à 20h30

Lamastre (centre culturel)
jeudi 07 novembre 20h30
vendredi 08 novembre à 21h

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 10 novembre à 20h30

Bande annonce

Laisser votre avis