LE SEL DE LA TERRE

affiche Le sel de la terreFilm de Wim Wenders & Juliano Ribeiro Salgado
(Documentaire – France / Brésil – 2014 – 1h50)
Avec: Sebastião Salgado, Wim Wenders, Juliano Ribeiro Salgado …

Depuis 40 ans, le photographe Sebastião Salgado parcourt les continents sur les traces d’une humanité en pleine mutation. Alors qu’il a témoigné des événements majeurs qui ont marqué notre histoire récente (conflits internationaux, famine, exode…), il se lance à présent à la découverte de territoires vierges aux paysages grandioses, à la rencontre d’une faune et d’une flore sauvages dans un gigantesque projet photographique, hommage à la beauté de la planète. Sa vie et son travail nous sont révélés par les regards croisés de son fils, Juliano, qui l’a accompagné dans ses derniers périples et de Wim Wenders, lui-même photographe.

« Grand admirateur du travail photographique effectué depuis plus de quarante ans par Sebastião Salgado, le cinéaste Wim Wenders s’est vu proposer par l’artiste et son fils de faire un tri important au sein de milliers de documents afin de donner forme à un documentaire qui retracerait quarante ans d’un engagement aussi bien artistique qu’humain. Afin de ne pas tomber dans l’écueil du film de montage, Wenders convoque son ami à effectuer un long entretien où Salgado commente son travail et apporte ainsi un éclairage supplémentaire à ses œuvres photographiques. Ainsi, le film peut se diviser en deux parties bien distinctes, l’une filmée par Wenders où l’artiste s’exprime sur son travail et l’autre tournée par le fils de Salgado qui l’a suivi dans ses voyages en Papouasie et près du cercle polaire. Toutefois, la grande intelligence de Wenders est d’avoir su entremêler harmonieusement ces deux aspects sans que cela ne crée de rupture de ton ou même de style. De même, Wenders parvient à respecter la chronologie des événements sans que son documentaire ne tombe dans le biopic classique égrenant le cours des années de manière laborieuse. Les moments filmés par le fiston nous montrent ainsi l’artiste en action, toujours aux aguets pour prendre la bonne photo, mais aussi capable de rester des heures entières dans la même position tant qu’il n’a pas obtenu ce qu’il souhaite. Par ailleurs, cette immersion complète du spectateur nous montre à quel point le regard de l’artiste se double d’une philosophie humaniste. La partie entretien fait également preuve d’originalité par son procédé même (Salgado apparaît en transparence sur ses propres photos), rompant avec le classicisme attaché à ce type de projet. Non seulement Wenders s’arrête longuement sur chaque photo, créant parfois un vrai malaise lorsqu’il s’agit de clichés sur des enfants du Sahel mourant de faim, mais il demande des précisions sur le contexte de création, poussant Salgado à révéler ses intentions. Progressivement se dessine le portrait d’un homme idéaliste qui a toujours voulu témoigner des malheurs des êtres humains, mais qui, à force de côtoyer l’horreur a fini par se détourner de l’humanité dite civilisée pour magnifier la nature et les sociétés qualifiées de primitives. Avec sa femme, il emploie même une partie de sa fortune à faire repousser une forêt dans sa région natale du Brésil. Autant d’éléments qui confirment tout le bien que l’on pensait déjà d’un artiste au talent visuel imparable. Il est donc indispensable de se plonger durant deux heures dans ce magnifique documentaire au noir et blanc magnifiquement contrasté, doublé d’un hommage sincère d’un artiste envers l’un de ses pairs. »
Virgile Dumez – Àvoir – Àlire

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
vendredi 21 novembre à 21h
samedi 22 novembre à 18h
dimanche 23 novembre à 17h

Lamastre (centre culturel)
mercredi 19 novembre à 20h30
vendredi 21 novembre à 9h (séance scolaire ouverte à tous)

Bande annonce

Laisser votre avis