LE TEMPS DE L’AVENTURE

affiche le temps de l'aventureFilm de Jérôme Bonnell
(Comédie dramatique – France – 2013 – 1h45)
Avec : Emmanuelle Devos, Gabriel Byrne, Gilles Privat …

Une journée. Un train. Deux inconnus. Des échanges de regards, le cœur qui bat. Le regarder partir, le perdre à tout jamais ou s’offrir au temps de l’aventure ? Et si la vie d’Alix basculait… Des rencontres fortuites naissent souvent les plus belles célébrations de vie. Le temps de l’aventure évoque l’instant avec une passion ardente communicative. Après le polar (la Dame de trèfle), Jérôme Bonnell revient au drame romantique. Le réalisateur du fétichiste Le chignon d’Olga qui avait conquis la critique et le public au début des années 2000, s’inspire des rencontres fortuites, ici dans un train, qui bouleversent une vie pour ceux qui savent saisir l’instant. Véritable ode à l’amour sur le vif, dans toute sa force et sa passion, au-delà du raisonnable et de la morale. Bonnell impressionne par sa fusion artistique avec Devos, tantôt paumée, tantôt hilarante, glamour, voire bouleversante… Construisant autour d’elle un véritable suspense romantique où l’on ne sait jamais quelles décisions elle va prendre, il montre une femme sans le sou, sans téléphone portable en poche (ou du moins sans batterie), en quête désespérée de la voix de son concubin de huit ans trop souvent absent, sur le point de tout lâcher pour traverser la Manche et démarrer une nouvelle vie avec la figure stoïque jouée avec humilité par Byrne. En pleine mise en abîme, Devos incarne une actrice, mais de celles qui galèrent, en quête de rôles de théâtre, une actrice dont la carrière participe au suspense même du film, alors que le personnage égrenne les minutes, puisqu’elle doit repartir ce jour-même à Calais pour monter sur les planches…  Sera-t-elle sur scène alors que le temps passe dangereusement, comme l’horloge interne de la femme qui se dérègle soudainement ? Emmanuelle Devos est admirable, et communique ses vertiges émotionnels comme peu d’actrices françaises en sont capables au cœur d’une même œuvre aux tons variés. La femme cassée sort de l’ombre, se prend des poteaux (au sens propre et figuré), fulmine de mauvaises humeurs, s’érige hystérique contre une sœur figée dans son regard supérieur plein de reproches, et cherche désespérément une échappatoire qui se présente furtivement sur l’échelle d’une vie en la personne de cet inconnu au regard triste et qui pourtant laissera des traces à jamais. Entre fantasme et réalité, Emmanuelle Devos fait battre notre coeur. Le temps de l’aventure célèbre la vie dans ce qu’elle a de plus beau à offrir, l’instant présent.

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon)
samedi 18 mai à 21h
dimanche 19 mai à 17h
lundi 20 mai à 21h

Lamastre (centre culturel)
jeudi 16 mai à 21h
mardi 21 mai à 21h

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 19 mai à 20h30

Bande annonce

Laisser votre avis