LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT

Affiche Le tout nouveau testamentFilm de Jaco van Dormael
(Comédie – Belgique- 2015 – 1h54)
Avec: Benoît Poelvoorde, Yolande Moreau, Catherine Deneuve, François Damiens …

Depuis toujours, Dieu habite à Bruxelles. Personnage fruste et autoritaire, il est odieux avec sa femme et sa fille, EA. Un jour, cette dernière, excédée par son comportement, décide de parasiter le logiciel de son père et de communiquer à tous les humains la date précise de leur mort. Elle se rend ensuite sur Terre, sur les conseils de son frère, bien décidée à recruter de nouveaux apôtres en vue de la constitution d’un nouveau testament. Elle croise rapidement des personnages très particuliers…

« Les mythes religieux ont souvent fait de Dieu un Être grand, fort et juste. Pourtant, Le Tout Nouveau Testament, quatrième film du cinéaste belge Jaco Van Dormael, se plait à nous faire croire l’inverse. Non, Dieu n’est pas ce que vous croyez. Il est petit, maigrichon, bête et méchant comme le monde (ironie du sort !). Et il s’appelle… Benoît Poelvoorde. Le célèbre comédien et humoriste joue les pères créateurs mauvais et tyranniques dans une Bruxelles surréaliste, froide et grise. C’est contre cette cruauté divine qu’Éa, la fille de Dieu et de sa coincée de Déesse, magnifiquement campée par Yolande Moreau, décide de se rebeller. Pour ce faire, elle envoie à chaque homme et chaque femme, le jour et l’horaire précis de leur décès. Maintenant qu’ils sont au courant, les gens vont pouvoir peut-être, enfin, faire ce qu’ils veulent de leur vie. Car, derrière une cascade d’humour et d’aventures rocambolesques, c’est cette question fondamentale et existentielle que pose le film : que faisons-nous de notre vie ? L’héroïne, interprétée par la jeune et talentueuse Pili Groyne, est animée par un optimisme communicatif absolument incroyable. Fatiguée des guerres, de la violence et de la misère qui assènent les hommes, elle décide, sur les conseils de son frère Jésus-Christ – représenté sous les traits d’une statue de porcelaine animée – de trouver six apôtres et d’écrire un tout nouveau testament. L’intrigue est nouée, Éa s’enfuit de la maison familiale et découvre enfin le monde extérieur. Dès lors, les rencontres et les aventures s’enchaînent sans temps mort. Le scénario, très bien ficelé et la mise en scène dynamique, fonctionnent comme de véritables montagnes russes cinématographiques, embarquant le spectateur dans une merveilleuse aventure. On ne s’ennuie pas une seconde. C’est drôle, tendre, parfois douloureux, et toujours plein de surprises. Ce qui fait toute l’efficacité de cette intrigue très innovante, c’est non seulement son scénario, mais aussi, et surtout, ses personnages, très originaux. Un Dieu bête et criard – personnage devenu la marque de fabrique de Benoît Poelvoorde – une Déesse muette et soumise comme la femme au foyer des années 30, une petite fille qui déplace des verres de lait sans les toucher, et six apôtres peu orthodoxes : une manchote, un obsédé, un assassin, une femme délaissée, un employé de bureau déprimé et un garçon qui veut devenir une fille, accompagnés d’un clochard chargé de rédiger les pages du nouveau testament. Un cocktail explosif de protagonistes, qui nous en fait voir de toutes les couleurs. Bien que la totalité des personnages de l’histoire soient des marginaux, l’on se reconnaît très facilement en chacun d’eux. En effet, si leur vie n’est pas la nôtre, elle est faite des mêmes sentiments et émotions que nous connaissons tous : la joie, la déception, la tristesse, la peur, l’amour. En ce sens, Jaco Van Dormael fait preuve, dans ce nouveau long-métrage, d’un profond humanisme, parvenant à exprimer, par des images simples et frontales, des idées très fortes sur l’existence humaine, encourageant le spectateur à vivre pleinement sa vie, à être libre, sans se soucier du reste. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Le Tout Nouveau Testament n’est pas un film sur la religion, mais l’omniprésence de cette dernière met en évidence les paradoxes du genre humain : son altruisme, mais aussi sa misanthropie, son amour et sa haine. Si le film fait preuve d’un formidable optimisme, il reste malgré tout teinté de mélancolie, comme si l’utopie que filmait Dormael était très incertaine. L’une des répliques de Benoît Poelvoorde, à-propos de Jésus, traduit très bien cela : « Jésus, la seule chose qu’il a réussi, c’est se faire clouer sur un cintre comme une chouette ». Malgré cela, le message du réalisateur reste inchangé : vivez votre vie comme vous le voulez, et soyez heureux, le reste n’a pas d’importance. Drôle et maussade, tendre et cruel, mais toujours bienveillant, Le Tout Nouveau Testament est un hymne à la vie et au bonheur réjouissant et revigorant. Ça fait du bien ! »
Arthur Champilou – àVoir àLire

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
mercredi 23 septembre à 21h
vendredi 25 septembre à 21h
samedi 26 septembre à 18h

Lamastre (centre multimédia)
samedi 26 septembre à 21h
dimanche 27 septembre à 18h

Bande annonce

Laisser votre avis