LE VOYAGE DE TOM POUCE

Affiche le voyahe de tom pouceFilm de Bretislav Pojar, František Váša & Bára Dlouhá
(Animation – République Tchèque – 2015 – 0h57 – V.F.)
Film tout public à partir de 4 ans

Un Roi promet la main de sa fille à la personne qui réussira à la faire rire ! Un jeune garçon tente sa chance et part à bord de son drôle de bolide… Un homme, passionné par la pêche, se voit proposer par le Poisson Roi de lui exaucer un voeu… mais de quoi rêve-t-il ? Les aventures enchantées et périlleuses d’un garçon de très petit taille… mais très débrouillard ! Un programme de trois courts métrages d’animation, par les studios producteurs du Jardinier qui voulait être roi.

« Décédé en 2012, l’animateur et marionnettiste de génie tchèque Bretislav Pojar aura, au long d’une carrière étonnante, multiplié les voyages au pays des contes. S’il lui est également arrivé, avec succès, de s’inviter sur les terres de la satire (l’excellent Psychocratie, réalisé en 1969 pour l’Office national du film du Canada, en est un bel exemple), il a continué, jusqu’à la fin de sa vie, à revenir vers l’enfance, et à fréquenter Hansel et Gretel, princesses en détresse et oursons facétieux. Le dernier de ses films, Le Voyage de Tom Pouce, vit le jour en 2006 dans le cadre du deuxième volet de Fimfárum, un programme collectif consacré à l’adaptation animée des contes du célèbre auteur tchèque Jan Werich. Long d’une demi-heure, Le Voyage de Tom Pouce est une véritable épopée mêlant l’animation traditionnelle des marionnettes au dessin, et discrètement aidée d’effets d’ordinateur, pour suivre le parcours mouvementé de ce drôle de bonhomme minuscule doté de beaucoup d’astuce et d’un instinct de survie inversement proportionnel à sa taille. Très spirituel, le film est peut-être un peu long et surtout trop noir pour être pleinement apprécié des tout petits spectateurs. Mais le monde cruel et drôle qu’il y déploie, d’une étape à l’autre, de l’antre des brigands à la cabane du terrible Croque-Neige, a tout pour séduire les amateurs d’animation pas toujours légère, à l’image des contes à l’ancienne, et les petits qui n’ont pas peur de l’Abominable Homme des Neiges. Tom Pouce est minuscule, mais aucun des grands méchants qu’il rencontre, malgré toute l’imagination que l’on peut avoir lorsqu’on fait profession du crime, ne semble pouvoir faire mieux que l’enfermer dans une boîte et le porter à plus grand méchant. Très amusante à observer, leur impuissance renvoie au thème classique des apparences trompeuses, qui se trouve au cœur des deux courts-métrages précédant Le Voyage de Tom Pouce. Une princesse qui ne riait pas, de Bretislav Pojar également, raconte comment un bricoleur de génie, au volant d’un engin improbable à quatre roues, parvient à remporter le cœur et la main d’une princesse. Le second, Le Pêcheur Marciseck, de Frantisek Vasa et Bara Dlouha, parle également d’un vieux tacot, mais aussi d’un pêcheur gentil et du roi des poissons, dans un univers moderne minimaliste, imaginé en peuplant un appartement très ordinaire de petites voitures, personnages découpés et d’une revue à couverture bleue pour y faire nager les poissons. Contrastant agréablement avec les temps anciens des histoires de Bretislav Pojar, cette excursion dans la modernité triviale mais enchantée déploie des trésors d’inventivité pour redire tout en légèreté que le carrosse ne fait pas la princesse. Surtout, la jubilation manifeste avec laquelle sont imaginés le tacot du pêcheur, et celui du mécanicien dans Une princesse qui ne riait pas, dit à elle seule tout le plaisir d’animer à la main, petite touche par petite touche, un plaisir dont les trois films qui nous sont proposés ici sont de superbes fruits. »
Noémie Luciani  – Le Monde

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
mercredi 14 octobre à 15h
dimanche 18 octobre à 11h

Lamastre (centre multimédia)
samedi 17 octobre à 15h
mardi 20 octobre à 15h

Bande annonce

 

Laisser votre avis