LES COMBATTANTS

affiche les combattantsFilm de Thomas Cailley
(Comédie – France – 2014 – 1h38)
Avec: Adèle Haenel, Kevin Azaïs, William Lebghil …
Quinzaine des Réalisateurs – Cannes 2014

Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille… Tranquille jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Il ne s’attend à rien ; elle se prépare au pire. Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé ? C’est une histoire d’amour. Ou une histoire de survie. Ou les deux.

« Madeleine n’a pas de temps à perdre. D’un naturel pessimiste, elle se prépare à survivre aux catastrophes qui ne manqueront pas de se produire dans un futur (hyper)proche – réchauffement climatique, pollution chimique, surpopulation, etc. Dotée d’une carrure de videur, elle nage des kilomètres avec un sac à dos bourré de briques, boit des smoothies de maquereaux et exerce sur toutes choses un pragmatisme rugueux. « Pourquoi faire ? » demande-t-elle à l’imprudent qui ose lui proposer quelque chose d’aussi abstrait qu’une soirée en tête à tête. L’imprudent, c’est Arnaud, un jeune type doux, un peu flottant, qui s’apprête à reprendre avec son frère l’entreprise d’abris de jardins de son père, tout juste décédé. Madeleine et Arnaud n’ont rien à faire ensemble et se retrouvent pourtant dans le même stage de formation à une carrière militaire. En orchestrant le télescopage de deux personnages opposés, Thomas Cailley s’amuse avec une liberté de chien fou des codes de la comédie romantique. Mais pas que. Il y a chez lui une aisance bluffance à glisser d’un registre et d’un genre à l’autre : du buddy movie au film de troufion (les scènes dans la caserne sont hilarantes) au film de catastrophe en passant par une parenthèse plus ou moins enchantée pour notre duo de robinsons transis d’amour. Surprenant de bout en bout, irrésistiblement drôle, Les Combattants a l’art d’aborder les choses graves – l’idée de la destruction de l’homme par l’homme, l’ultra-indivualisme contemporain, etc – avec un humour tendre et acide à la fois. La tendresse et la sensualité surgissent au moment le plus inattendu, dans les moments de démonstration de force. Voire cette scène splendide dans la caserne où Arnaud et Madeleine se maquillent mutuellement en vue d’un exercice de camouflage. Au fur et à mesure que les visages disparaissent sous la peinture de guerre, les cœurs se mettent à nu. Dans une nature exubérante, comme un Eden sylvestre et maritime qui n’est pas sans danger, leur osmose amoureuse ressemble à une bulle de fiction, d’autant plus intense que menace l’adversité. Avec cette belle idée que l’amour désarme, et que la survie passera, aussi, par la solidarité, Thomas Cailley nous offre le premiers coups de cœur de cette rentrée. »
Mathilde Blottière – Télérama

Ce film est précédé du court métrage
BEACH FLAGS
Film de Sarah Saidan
(Animation – France – 2014 – 13’39 – V.O.S.T.)

Vida est une nageuse sauveteuse iranienne de dix-huit ans. Favorite dans son équipe, elle est décidée à se battre pour décrocher la première place à une compétition internationale en Australie. Mais, avec l’arrivée de Sareh, aussi rapide et talentueuse qu’elle, elle va être confrontée à une situation inattendue.

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
samedi 06 septembre à 21h
dimanche 07 septembre à 18h
lundi 08 septembre à 21h

Lamastre (centre culturel)
jeudi 04 septembre à 21h
vendredi 05 septembre à 21h

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 07 septembre à 20h30

Bande annonce

Laisser votre avis