LES ENFANTS LOUPS, AME & YUKI

affiche les enfants loupsFilm de Mamoru Hosoda
(Animation – Japon – 2012 – 1h57 – V.F.)
Film tous publics à partir de 6 ans

Malgré son titre, les Enfants loups raconte surtout l’histoire de leur mère, Hana, que le film suit sur un parcours d’une douzaine d’années. Elle est encore jeune fille lorsqu’elle rencontre à la fac un bel étudiant ténébreux. Représentant solitaire d’une race que l’on croyait éteinte, il cache sous sa séduisante enveloppe humaine une nature de loup non moins splendide, à laquelle Hana ne résiste pas. Il lui fait deux enfants sang-mêlé, une fille et un garçon, avant de disparaître. Hana va passer les dix années suivantes à élever seule ces adorables monstres, à la ville puis dans une plus discrète campagne, dans une grande maison traditionnelle au pied des montagnes. Les Enfants-Loups prend alors une dimension lyrique inattendue.… Dans son récit, dans sa matière et dans son exécution graphique, les Enfants loups est un film particulièrement beau et touchant. C’est une épopée intime, centrée autour de la maternité. L’héroïne Hana restera comme l’une des plus mémorables mère courage du cinéma. Une tendresse inouïe émane des scènes les plus simples ou triviales et qui touchent à la vie domestique de la petite tribu conjurée. Dans certaines séquences, les personnages se baignent de nature, multiplient les folles équipées, exultent sous les premières neiges, roulent dans les fleurs. La découverte progressive par les enfants, Yuki et Ame, de leurs capacités animales donne notamment lieu à des scènes d’exultation physique comme on n’en a que rarement ressenti devant un dessin animé. Film en apparence très sentimental et délicat, les Enfants loups développe aussi, pourtant, un étrange double parfum, comme s’il voulait, conformément à son thème, nourrir lui-même sa propre ambivalence. Il y a donc de l’ange et du démon dans sa définition même : il est caressant mais vénéneux, édifiant et immoral, pacifique et carnivore. Un étrange alliage de fragilité et de résistance donne toute sa consistance au personnage de Hana. Bombardée dès le plus jeune âge par l’extraordinaire violence du monde, celle-ci amortit l’adversité dans la douceur, la tendresse, la solitude et l’abnégation. L’image est systématiquement frappée par la grâce, l’humour tendre et l’éclat, Hosoda mettant un soin jaloux à peaufiner le moindre détail, jusque dans de subtils effets de mise au point et de profondeur de champ, qui soulignent avec légèreté son écriture très particulière et signent sa nature de complet cinéaste, toutes catégories confondues. Dans les Enfants loups comme dans la vie, le plus beau et le plus terrible se touchent, se mélangent, se superposent.

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon)
dimanche 03 mars à 15h
mardi 05 mars à 14h
mercredi 06 mars à 16h
samedi 09 mars à 15h

Lamastre (centre culturel)
mercredi 27 février à 15h30 (séance annulée)
mardi 05 mars à 15h
vendredi 08 mars à 15h (ciné – goûter)
dimanche 10 mars à 15h

Saint Jean Chambre (espace Balmont)
samedi 02 mars à 20h30 (Nuit de la BD)

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 10 mars à 17h30

Bande annonce

Laisser votre avis