L’ETREINTE DU SERPENT

affiche-l-etreinte-du-serpentFilm de Ciro Guerra
(Drame – Colombien – 2015 – 2h05 – V.O.S.T)
Avec: Jan Bijvoet, Brionne Davis, Nilbio Torres …

Karamakate, un chaman amazonien puissant, dernier survivant de son peuple, vit isolé dans les profondeurs de la jungle. Des dizaines d’années de solitude ont fait de lui un chullachaqui, un humain dépourvu de souvenirs et d’émotions. Sa vie est bouleversée par l’arrivée d’Evans, un ethnobotaniste américain à la recherche de la yakruna, une plante sacrée très puissante, possédant la vertu d’apprendre à rêver. Ils entreprennent ensemble un voyage jusqu’au cœur de la forêt Amazonienne au cours duquel,  passé, présent et futur se confondent, et qui permettra à Karamakate de retrouver peu à peu ses souvenirs perdus.

« Il guette sur la rive du fleuve, presque nu : un pagne, un grand collier, des bracelets de plumes autour des biceps. En noir et blanc, sa peau semble se confondre avec le feuillage et l’eau : l’homme et la forêt, même matière vivante… Dès le premier plan, Karamakate, chaman amazonien, ermite tourmenté, s’empare du film. Il en est le guide, à travers l’espace et le temps. C’est lui qui conduit tour à tour vers l’inconnu, à des décennies de distance, deux scientifiques occidentaux venus le solliciter : un ethnologue allemand et un botaniste américain. Leurs voyages dans les méandres de l’Amazone se répètent, se répondent et se confondent dans une même quête obsédante. Les deux étrangers veulent dénicher la yakruna, une fleur mythique, curative et hallucinogène. Karamakate, lui, veut retrouver son peuple et, peut-être, renouer avec une identité que sa solitude a fini par dissoudre, faisant de lui un « chullachaqui », une enveloppe sans âme. De son troisième long métrage, le Colombien Ciro Guerra fait une immense rêverie aussi énigmatique, dense et luxuriante que cette jungle dans laquelle il est le premier, depuis une trentaine d’années, à poser sa caméra. L’Étreinte du serpent est un film d’aventures, dont le parcours sinueux, contemplatif et hypnotique glisse vers les confins de la folie, dans une Amazonie hantée : ici, la violence des colons exploitant le caoutchouc ; plus loin, une mission catholique où des orphelins sont fouettés au cœur de la nuit ; ailleurs, un messie dément qui s’offre à ses adeptes dans une eucharistie cannibale… Tout ce périple, entre violence historique et vertige spirituel, semble suivre les traces d’un Werner Herzog (Aguirre ou la colère de Dieu, Fitzcarraldo). Et de Joseph Conrad dans son roman Au cœur des ténèbres. Avec son noir et blanc hiératique, le cinéaste cherche, pourtant, l’exact opposé de cet exotisme à l’occidentale. Il teste notre perception, notre représentation de ce monde opaque et fascinant. Jusqu’à la toute dernière image, au centre du mystère. »
Cécile MURY – Télérama

Ce film est précédé du court métrage
CARGO CULT
Film de Bastien Dubois
(Animation – France – 11’20)

« Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. » Arthur C. Clarke. Sur les côtes de Papouasie, au cœur de la guerre du Pacifique, des papous cherchent à s’attribuer les largesses du dieu Cargo en développant un rite nouveau.

 

Séances

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
vendredi 12 février à 21h
dimanche 14 février à 17h
lundi 15 février 20h30

Lamastre (centre multimédia)
jeudi 11 février à 20h30
mardi 16 février à 20h30

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 14 février à 20h30

Bande annonce

Laisser votre avis