LOLA

affiche LOLAFilm de Jacques Demy
(Drame / Romance – France – 1962 – 1h30)
Avec : Anouk Aimée, Marc Michel, Jacques Harden, Elina Labourdette …
Cycle « mémoire du cinéma »

Un homme très blond tout de blanc vêtu arrive à Nantes à bord d’une voiture américaine décapotable blanche. Il s’appelle Michel, vient de faire fortune en Amérique et est venu chercher la femme de sa vie, Cécile (Anouk Aimée), qu’il a abandonnée, enceinte de lui, cinq ans auparavant. Cécile se fait aujourd’hui appeler Lola, chante et danse dans un beuglant pour les marins. Elle retrouve par hasard un ami d’enfance, Roland Cassard (Marc Michel), qui traîne son ennui et sa paresse. Il se découvre toujours amoureux de Lola, mais elle attend le retour de Michel…. Lola est le film matrice de l’oeuvre de Jacques Demy : il annonce le programme. Mais aussi film matrice au sens propre, tant on y croise de mères : Lola/Cécile, Mme Desnoyers qui se donne des airs bourgeois mais dont on apprendra qu’elle fut danseuse, et la mère de Michel, qui peste contre lui tout en passant ses journées à peindre des croûtes dans le restaurant-hôtel de sa soeur où habite Roland Cassard. Etranges mères, mères inquiétantes. Lola pute-sainte au grand coeur qui reste fidèle à l’homme qui l’a abandonnée ; Mme Desnoyers, qui craint au fond que sa fille suive la même pente qu’elle ; ou la mère de Michel, dont le caractère bien trempé et castrateur a peut-être contribué à faire s’enfuir son fils à l’autre bout du monde. Ces mères tristes, éternellement insatisfaites, marquées par la vie et se sentant victimes de l’égoïsme des hommes, on les retrouvera souvent chez Demy, dans Les Parapluies de Cherbourg, dans Les Demoiselles de Rochefort ou Une chambre en ville, dans Trois places pour le 26… Comme on retrouvera ces jeunes gens mélancoliques qui ne savent pas trop quoi faire de leur vie. Chacun de ces personnages est incarné plusieurs fois dans Lola : à des âges différents, la jeune Cécile, Lola, Mme Desnoyers et la mère de Michel ne font qu’une seule et même femme. Lola deviendra peut-être Mme Desnoyers. Frankie deviendra peut-être Roland Cassard, et ce dernier, on le sait, deviendra un riche diamantaire dans Les Parapluies…, fera donc fortune comme Michel. Toutes les époques de la vie dans le roman familial de Demy (l’homme dépressif, la femme hystérique) sont ici incarnées, dans un ballet incessant de fantômes, que les forts contrastes entre le noir et le blanc, voulus par Demy et renforcés par la restauration du film, ne font qu’amplifier. Lola expose comme dans un rêve à la fois trop lumineux et trop sombre les trois âges de la vie. Le premier film de ce grand réalisateur, inoubliable.

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon)
vendredi 10 mai à 21h
lundi 13 mai à 18h

Lamastre (centre culturel)
mardi 14 mai à 21h

Bande annonce

Laisser votre avis