MA LOUTE

ma-louteFilm de Bruno Dumont
Comédie dramatique – Allemagne, France – 2016 – 2h02
Avec Fabrice Luchini, Juliette Binoche, Valeria Bruni Tedeschi

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Voilà du cinéma orgueilleusement mal élevé, qui a l’air de se foutre de tout, mais fonctionne avec une régularité d’horloge.
Le Nouvel Observateur

« Ma Loute » est une authentique farce, truculente et burlesque, mais avec de vrais morceaux de tragédie, relevée d’une grande louche de mysticisme, d’un zeste de gore, et portée par l’abattage réjouissant de Luchini et de Juliette Binoche, mais aussi par la pléthore de non professionnels qui partagent l’affiche.
Transfuge

SYNOPSIS

Eté 1910, Baie de la Slack dans le Nord de la France. De mystérieuses disparitions mettent en émoi la région. L’improbable inspecteur Machin et son sagace Malfoy (mal)mènent l’enquête. Ils se retrouvent bien malgré eux, au cœur d’une étrange et dévorante histoire d’amour entre Ma Loute, fils ainé d’une famille de pêcheurs aux mœurs bien particulières et Billie de la famille Van Peteghem, riches bourgeois lillois décadents.

CRITIQUE

Le film de Bruno Dumont va faire hurler. De rage ou de rire. C’est que l’auteur de « l’Humanité » et de l’irrésistible « P’tit Quinquin » pousse loin le bouchon. Très loin, même. Dans ses habituels paysages du Nord, que les images subliment dans les tons des cartes postales de jadis, il y a la famille Van Peteghem, le père (Fabrice Luchini), sa femme (Valeria Bruni Tedeschi), sa sœur (Juliette Binoche) et les enfants. Et non loin de la villa où les Van Peteghem passent leurs vacances bourgeoises, il y a les Brufort, des ramasseurs de moules qui ne se nourrissent pas exclusivement de produits de la mer. Il y a aussi un inspecteur de police monstrueusement gros, qui enquête sur de mystérieuses disparitions d’estivants. Mais que se passerait-il si un des fils Brufort, gamin de 17 ans appelé « Ma Loute » (Brandon Lavieville, inoubliable), et une fille Van Peteghem, Billie (Raph), s’amourachaient l’un de l’autre ? Ce ne serait pas simple, mais c’est encore plus compliqué. Voilà du cinéma orgueilleusement mal élevé, qui a l’air de se foutre de tout, mais fonctionne avec une régularité d’horloge. Ici, chacun se montre à son meilleur : Luchini s’amuse avec son personnage auquel il donne tantôt la voix de Jouvet tantôt le débit de Darry Cowl, Juliette Binoche semble enfin libérée du souci de sa propre image, et Valeria Bruni Tedeschi apporte un de ces contrepoints dont le film se nourrit sans relâche. A travers le regard porté par la bonne des Van Peteghem se dessine le portrait de cette famille de tarés, de même que le monde des pêcheurs s’éclaire à la lumière des tocades de l’énigmatique Billie. La mécanique du comique tourne à plein, et rappelle que la comédie s’apparente à l’aristocratie du cinéma. Seuls les grands cinéastes sont dignes de la servir et savent que la modernité ne s’épanouit que dans les sillons creusés par les pionniers.

Pascal Mérigeau – Le Nouvel Observateur

Ce film est précédé du court métrage

A LA FRANCAISE
Film de Morrigane Boyer
Animation – France – 2012 – 07’

C’est un après-midi à Versailles, du temps de Louis XIV.

SÉANCES

Vernoux, salle Louis Nodon
DateHeureVersionExtra info
Samedi 4 juin 201621h 00VF
Dimanche 5 juin 201618h 00VF
Lundi 6 juin 201618h 00VF
Chalencon, Salle polyvalente
DateHeureVersionExtra info
Dimanche 5 juin 201620h 30VF
Lamastre, centre culturel
DateHeureVersionExtra info
Jeudi 2 juin 201621h 00VF
Mardi 7 juin 201621h 00VF

BANDE ANNONCE

Laisser votre avis