MOI DANIEL BLAKE

affiche-moi-daniel-blakeFilm de Ken Loach
Drame
– Belgique, France – 2016 – 1h41 – VOST
Avec Dave Johns, Hayley Squires, Dylan McKiernan, Sharon Percy, Briana Shann
Palme d’or festival de Cannes 2016

Un grand Ken Loach poignant mais jamais larmoyant. Une Palme d’or méritée.
Studio Ciné Live

A travers le portrait de Daniel Blake et de sa misère, Ken Loach renoue avec ses ambitions premières : « donner la parole à ceux que l’on n’entend jamais ». et il le fait bien.  
Le Nouvel Observateur

A 80 ans, Ken Loach n’a pas baissé les armes. Pas encore. Il a gardé intacts sa colère, son empathie, son humanisme. Sourd aux modes et aux postures cyniques, il peint, à nouveau, dans « Moi, Daniel Blake », « son » Angleterre (…) : ce peuple que plus personne, sauf lui, n’appelle la classe ouvrière.
Télérama

SYNOPSIS

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…

CRITIQUE

Cela faisait un moment que le regard de Ken Loach n’avait pas paru aussi perçant et affuté, se chargeant exclusivement et avec une facilité confondante de dénoncer les inepties de nos sociétés. Dans un élan vital absolu, le britannique fait donc ce qu’il sait faire de mieux, avec Moi, Daniel Blake : un cinéma social façon documentaire radical et sans concession. Ce qui sous tend comme souvent chez lui une rigueur peut-être un peu froide et démonstrative. Mais qu’importe, son cinéma ne s’est jamais prétendu sophistiqué ou maniéré, bien au contraire. C’est ainsi que Moi, Daniel Blake s’en remet à une ligne claire pour présenter l’enfer qu’est l’administration de son pays. Daniel Blake, victime d’une crise cardiaque sur son lieu de travail puis déclaré inapte par son médecin et quelques spécialistes, se voit décliner une aide sociale relative par l’état – le fameux « décisionnaire » invisible mais omniscient auxquels tous les employés des Job Centers (équivalent de Pôle Emploi) se rapportent. Comble du sort, celui-ci est invité par ses conseillers, faute de mieux, à pointer au chômage alors qu’il n’est pas autorisé à reprendre une activité. Sur cette route tortueuse, véritable chemin de croix, Daniel Blake rencontre Katie, une jeune mère démunie à laquelle il vient en aide. Les quelques forces qu’il reste au vieil homme seront pour elle et ses deux jeunes enfants – de là à penser que Ken Loach s’est projeté en Dan, défenseur des opprimés jusque dans la tombe, il n’y a qu’un pas.

Comme toujours, la satire n’a pas sa place dans l’univers de Ken Loach. Ici, seule compte la réalité, et aucun artifice ne doit pour cette raison en ternir la dramatique obscénité. L’intrigue s’en tient ainsi à suivre Daniel Blake dans le cadre de ses démarches administratives pour obtenir l’aide sociale censée lui revenir de droit. Simples formalités qui se muent pourtant en une quête kafkaïenne au bout de laquelle ne restent plus que mort et renoncement. Comme le sous entend (et l’affirme par ailleurs à plusieurs reprises) le réalisateur britannique, l’être humain dans le besoin est traité par l’État comme un vulgaire chien : voir ce plan de cabot errant et éclopé seul au beau milieu d’une ruelle – possible projection mentale de Dan. Les requêtes au Job Centers qui se soldent par une montagne de paperasse à remplir sur des sites internet capricieux, les appels téléphoniques inutiles reçus par un call center se contentant bêtement de rappeler le règlement aberrant dicté par l’État… toute la machine implacable et insensible qu’est l’administration ne fait qu’écraser les hommes auxquels elle se doit de venir en aide, martèle Ken Loach.

Parce que des décisions appliquées par le parti des Tories a permis la privatisation et la délocalisation des activités sociales de l’État, les règlements définis par le gouvernement ne sont plus mis en œuvre que par des salariés rémunérés sur objectifs. De quoi bouleverser toute la gestion sociale du pays : voir cette scène surréaliste où la personne chargée de constituer le dossier d’allocation handicap de Dan se présente comme une « professionnelle de santé » à demi-mot plus légitime pour juger de la décision à prendre que ne le sont ses propres médecins, désireux pour leur part d’empêcher qu’il perde la vie au travail. De même, les déboires et autres « sanctions » de Katie sous prétexte qu’elle n’est pas parvenue à arriver à temps au Job Center sonnent comme un revival de l’Angleterre victorienne. De quoi donner aussi un petit air d’Oliver Twist au monde qui est le notre.

Ken Loach le dit et le répète : nos sociétés donnent trop souvent libre cours à des dispositifs inhumains sans en prendre la juste mesure. Le réalisateur donne plus que jamais le sentiment que son cinéma continuera de défendre les laissés-pour-compte tant que les injustices se perpétueront, et c’est tant mieux. Avec Moi, Daniel Blake, la formule reste identique mais absolument nécessaire et légitime. Les larmes coulent peut-être plus facilement à flot qu’à l’accoutumée, mais Ken Loach ne recourt pour autant jamais au sentimentalisme. Sans doute faut-il y voir là la marque des plus grands, à commencer par Charles Dickens.

Alexandre Jourdin – A Voir à Lire

SÉANCES

Aucune séance trouvée.

BANDE ANNONCE

Laisser votre avis