PREMIER CONTACT

Film de Denis Villeneuve
Science fiction
USA – 2016 – 1h56 – VOST
Avec Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Whitaker, Michael Stuhlbarg, Mark O’Brien

Denis Villeneuve révolutionne le cinéma de science-fiction avec « Premier contact ». Ce croisement entre « 2001, l’odyssée de l’espace » de Stanley Kubrick (1968) et « Rencontres du 3e type » de Steven Spielberg, (1978) se révèle aussi novateur que bouleversant.
20 Minutes

Denis Villeneuve trouve ici un point d’équilibre précieux entre son propre lyrisme, l’austérité surprenante de son scénario et les codes du genre, pour atteindre une grâce éblouissante (…).
Critikat.com

Définitivement inclassable, Denis Villeneuve se joue de la SF pour offrir un mélodrame bouleversant. 
Les Fiches du Cinéma

SYNOPSIS

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions.
Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain…

CRITIQUE

Le monde est en alerte maximale : des extraterrestres ont débarqué. L’information circule partout dans les médias. Ce genre d’entrée en matière, on connaît. Tout, ici, est pourtant revisité, régénéré. D’abord, il y a ces étranges vaisseaux noirs, ovoïdes, suspendus au-dessus du sol, en douze points du globe. Leurs occupants, dont on ne sait s’ils sont là en amis ou en ennemis, n’en descendent pas. Ils attendent. Quoi donc ? Mystère. Avant même de comprendre les motivations des arrivants, il faut déjà les comprendre tout court. La tâche est complexe : ils émettent des sons incompréhensibles. L’armée américaine dépêche donc une linguiste universitaire accomplie, Louise, marquée par la mort récente de sa fille, pour établir un premier contact avec eux.

Un camp de base est installé au pied d’un des vaisseaux. On déploie un arsenal de précautions militaires et scientifiques — un physicien réputé (Jeremy Renner) fait aussi partie de la délégation qui entoure Louise. L’approche, plastiquement fascinante, est un suspense en soi. Denis Villeneuve, le cinéaste québécois décidément très talentueux de Prisoners et de Sicario, recycle le motif central du décodage langagier de Rencontres du troisième type, de Spielberg, en le croisant avec l’univers visuel de 2001 : l’Odyssée de l’espace, de Kubrick. Ce mélange crée une expérience forte d’immersion sensorielle, qui n’est pas sans rappeler certaines installations d’artistes contemporains, de Bill Viola ou de James Turrell. La lente progression dans le vaisseau ressemblant à une ­caverne ou à un temple, l’apparition des aliens (masses nébuleuses, entre la baleine, l’araignée géante et l’éléphant), leur moyen d’expression — des logogram­mes tracés à jets d’encre sur un écran —, tout cela tient d’une lente cérémonie, invitation à la pure contemplation. Un cas rare dans le cadre d’un blockbuster de science-fiction.

Une fois le contact établi, la méfiance chez les puissants ne retombe pas. Des divisions surgissent. Parce qu’un terme reste incertain dans sa traduction (les extraterrestres ont-ils parlé d’« outil » ou d’« arme » ?), la planète s’affole, surtout les Chinois et les Russes qui font front commun contre ce qu’ils estiment être une déclaration de guerre. On retrouve là un thème ­déjà vu, mais tiré vers le haut. Car le film traite finement de l’obsession dévorante du contrôle absolu, de la méfiance vis-à-vis de ce qui est étranger, étrange. Comme tout conte, celui-ci est ouvert à plusieurs pistes de lecture (sur nos rapports aux migrants, aux animaux, aux défunts…).

S’opposant au repli sur soi des bellicistes, l’émérite philologue qu’est Louise (Amy Adams, émouvante, recueillie, tout absorbée dans l’écoute et l’observation) s’aventure le plus loin possible. L’originalité de Premier Contact est de montrer comment le langage qu’elle décrypte avec difficulté finit peu à peu par l’imprégner, par façonner sa perception, sa pensée, ses rêves. On savait que toute langue était porteuse d’une culture. Ici, le langage découvert ouvre sur un bouleversement intérieur vertigineux.

Premier Contact a le mérite d’appartenir pleinement à un genre (la science-fiction) tout en s’adressant à un public qui peut ne pas y être sensible. Car il brasse large, le très grand (la géopolitique et l’au-delà) comme l’intime (le deuil d’une mère). Il mêle le frisson et la soif insatiable de savoir. L’avancée vers l’inconnu et la connaissance.

Jacques Morice – Télérama

SÉANCES

Aucune séance trouvée.

BANDE ANNONCE

Laisser votre avis