ROSALIE BLUM

rosalie-blumFilm de Julien Rappeneau
Comédie – France – 2016 – 1h35
Avec Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi, Alice Isaaz

Portée par des acteurs inspirés et attachants, singulière et généreuse, voilà une comédie qui fait du bien.  
Le Journal du Dimanche

Adapté d’une BD éponyme, ce feel-good movie invite au bonheur. Tout simplement. Il s’en dégage un charme fou et il serait fou de s’en priver.
Studio Ciné Live

SYNOPSIS

Vincent Machot connaît sa vie par cœur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents… Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu’il est convaincu d’avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l’espoir d’en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…

CRITIQUE

Réaliser une comédie quand on est le fils d’un des maîtres français du genre demande réflexion. Après avoir travaillé comme scénariste (pas seulement avec son père Jean-Paul), Julien Rappeneau livre un premier long métrage minutieusement concocté et manifestement personnel, alors qu’il s’agit de l’adaptation d’une bande dessinée de Camille Jourdy. Tous les personnages y semblent au bord de la vie, sur le point de s’y lancer. Ou de s’y relancer, comme Rosalie Blum. Cette épicière de Nevers a l’âge d’avoir une grande famille mais vit isolée, comme en retrait de l’existence. Un jour, elle devient le centre des préoccupations d’un coiffeur qui se met à la suivre partout, persuadé qu’il la reconnaît, sans pourtant la connaître… Il s’appelle Vincent Machot et, même s’il a l’âge de voler de ses propres ailes, il habite toujours chez sa maman. Pour y voir clair sur lui et son petit manège, qu’elle a bien repéré, Rosalie Blum le fait suivre par sa nièce, Aude. Cette jeune fille a, elle, l’âge de commencer à travailler, mais elle n’arrive pas à se lever le matin… En suivant tour à tour ces chemins solitaires qui se croisent et pourraient se rencontrer, Julien Rappeneau construit un récit en forme de puzzle. Avec une adresse de conteur, il en assemble les pièces jusqu’à la dernière, la plus magique. Un univers attachant prend forme, où la fantaisie réveille un élan dans des existences cernées par l’ennui ou l’échec. « Rosalie Blum » devient le nom de code d’un mystère qui peut jaillir de la routine, d’une aventure qui commence en faisant un pas de côté, en déréglant les circuits où chacun est enfermé… Cette attention aux aiguillages de la vie se mêle à une drôlerie juvénile, comme dans une intrigue du Club des Cinq. Pour faire le lien entre légèreté et sensibilité, une distribution astucieuse a été réunie : le comique Kyan Khojandi, révélé par la télévision dans Bref, joue parfaitement le timide Vincent, étouffé par sa mère fofolle, Anémone. Et Noémie Lvovsky donne à Rosalie Blum un visage qui stimule l’imagination : on peut y lire la lassitude comme un émerveillement toujours possible…
Frédéric Strauss – Télérama

Ce film est précédé du court métrage

JE SUIS CELIB’
Film de Boris Vassalo et Jérémie Poppe
Fiction – France – 2015 – 02’20

Et si l’homme était un homme-objet et qu’on pouvait le louer comme un vélib’ ? Pour Alice, l’homme idéal n’existe pas, c’est pourquoi elle les choisit à une station Célib en fonction de ses envies et de ses besoins.

SÉANCES

Aucune séance trouvée.

 

BANDE ANNONCE

Laisser votre avis