SAVAGES

Film de Olivier Stone
(Thriller – USA – 2012 -2h10 – V.O.S.T.)
Avec: Taylor Kitsch, Aaron Taylor-Johnson, Blake Lively, Benecio Del Toro, John Travolta …
Attention: film interdit aux moins de 12 ans

Laguna Beach, Californie : Ben, botaniste bohème, Chon, ancien Navy Seal, et la belle O partagent tout. Ben et Chon sont à la tête d’un business florissant. Les graines ramenées par Chon de ses missions et le génie de Ben ont donné naissance au meilleur cannabis qui soit. Même s’il est officiellement produit pour des raisons thérapeutiques, ils en dealent partout avec la complicité de Dennis, un agent des stups. Leur affaire marche tellement bien qu’elle attire l’attention du cartel mexicain de Baja, dirigé d’une main de fer par Elena. Face à leur proposition d’ »association », Chon est partisan de résister par la force, mais Ben préfère tout abandonner. Pour les contraindre à coopérer, le cartel kidnappe O. Elena a eu raison d’utiliser les liens très forts du trio, mais elle a aussi sous-estimé leur capacité à réagir… C’est le début d’une guerre entre l’organisation du crime dont le bras armé, Lado, ne fait aucun cadeau et le trio. Qu’il s’agisse de pouvoir, d’innocence, ou de la vie de ceux qu’ils aiment, tout le monde a quelque chose à perdre. Du sexe, de la drogue, de la violence au menu de cette adaptation réussie du best-seller de Don Winslow. Avec Savages Oliver Stone semble avoir retrouvé le plaisir de filmer, une gourmandise parfois roublarde qui transpire à chaque plan, et cette obsession d’extraire la trivialité des images que nous consommons et qui constitue la matière première de ses meilleurs films. Après une décennie consacrée à aborder les grands problèmes du monde contemporain (le 11 Septembre, George W.Bush, Fidel Castro, la crise financière…) avec un sérieux de bénédictin, Oliver Stone revient à quelque chose de plus léger. Plus léger, façon de parler : le film s’ouvre sur une décapitation dans une cave au Mexique, là où sévit la guerre des cartels, l’une des plus meurtrières au monde. Mais l’acte est filmé avec détachement, de façon presque badine, puis regardé par deux surfeurs californiens confortablement assis derrière leur ordinateur, pétard et paréo à portée de main. L’effroi les saisit bel et bien, mais disparaît aussi vite, le temps d’un clic. Snuff zapping. On reconnaît là le réalisateur de Tueurs nés, pour qui la violence est une pop song anodine que les Américains fredonnent entre un burger et un reality-show, une tare congénitale dont il convient, à défaut de pouvoir l’endiguer, de saisir la mécanique infernale. Montage nerveux, narration déstructurée, savant mélange de violence, d’érotisme et d’humour, message sous-jacent délicieusement amoral… Oliver Stone revient en fanfare aux affaires avec ce thriller décoiffant, remarquablement maîtrisé et jubilatoire.

Bande annonce

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon) :
samedi 03 novembre à 21h
dimanche 04 novembre à 17h
lundi 05 novembre à 18h

Les commentaires sont fermés.