SKYFALL

Film de Sam Mendes
(Action / espionnage – USA – 2012 -2h23 – V.F.)
Avec: Daniel Craig, Judi Dench, Javier Barden, Naomie Harris, Bérénice Marlohe …

Comme le beaujolais nouveau ou le noir dans les défilés de mode, James Bond revient. Il a 50 ans cette année et, sous les traits de Daniel Craig, porte toujours beau. Mais, à en croire les politiciens qui veulent nettoyer le MI-6, l’espion qu’on aimait serait usé, vieilli, fatigué. Au retour d’une mission calamiteuse, 007 doit d’ailleurs repasser les tests du parfait agent secret… où il échoue piteusement, le souffle court, l’épaule en compote, avec des performances au tir dignes d’un parkinsonien. Quant à son expérience du « terrain », elle semble ringarde face aux nouveaux terroristes du XXIe siècle, ces hackers de génie dont les programmes informatiques sèment le chaos jusqu’au coeur de Londres. Alors, James, bon(d) à partir la retraite ? Sam Mendes prouve le contraire. Le réalisateur des Noces Rebelles et American Beauty revient à l’essentiel de la série : humour british et élégance. Et il prend le temps de creuser la psychologie des personnages, quitte à alléger le film en testostérone. Opter pour un découpage à l’ancienne, avec des plans qui osent dépasser les cinq secondes, a du bon : voir la course-poursuite dans Istanbul qui ouvre le film. Quand l’intrigue fait ensuite escale à Shanghai, on se croirait chez Wong Kar-wai : le temps semble suspendu, sous les reflets irréels des néons publicitaires — somptueuse photo de Roger Deakins, le chef opérateur attitré des frères Coen. Le retour au classicisme passe aussi par un méchant d’anthologie. Il faut attendre 70 minutes pour le découvrir, mais quelle apparition ! Javier Bardem, le cheveu blond platine, compose un criminel aussi suave qu’une créature d’Almodóvar et aussi terrifiant que le serial killer de No country for old men. Sa première entrevue avec Craig, riche en sous-entendus homosexuels, est l’un des sommets de Skyfall — Sam Mendes confirme une fois encore son talent pour la direction d’acteurs. Comme de juste, les deux ennemis s’affrontent pour une femme. Pas pour la James « bombe » girl 2012 — la supersexy Bérénice Marlohe, vite sacrifiée. Mais pour une mamie, ou plutôt une « maman » : M, la chef septuagénaire du MI-6, incarnée de nouveau par la grande Judi Dench. Le tour du monde réglementaire se termine là où tout a commencé : sur les terres natales de 007, au beau milieu de la lande écossaise, pour un finale à la fois explosif et crépusculaire. Il aura fallu attendre 50 ans pour qu’un réalisateur évoque l’enfance de Bond. Une manière émouvante de boucler la boucle, pour mieux repartir vers de nouvelles aventures.

Bande annonce

Séances

Vernoux (salle Louis Nodon) :
vendredi 07 décembre à 21h
samedi 08 décembre à 21h
dimanche 09 décembre à 17h
lundi 10 décembre à 18h

Les commentaires sont fermés.