VIVANT!

affiche VivantFilm de Vincent Boujon
(Documentaire – France- 2015 – 1h20)
« Printemps du documentaire » en partenariat avec [Les Écrans
Séance unique en présence du réalisateur

Cinq garçons ont décidé de s’initier au saut en parachute. Dans ce film drôle et sensible, ils vont éprouver cette fraction de seconde où l’on se décide à plonger dans l’inconnu. Où l’on prend conscience de sa fragilité, d’une mort possible, mais aussi de l’ampleur du monde et de l’intensité de la vie. Ce qui les rassemble ? Leur séropositivité.

« On pourrait considérer un peu trop rapidement le dispositif choisi par Vincent Boujon pour son documentaire Vivant ! comme trop facile et lisible dans ses intentions. En effet, l’analogisme entre la séropositivité d’un groupe de garçons homosexuels et leur premier saut en parachute semble d’emblée évident. Dès les premières minutes, on sait quel message nous sera délivré en guise de conclusion : cette expérience limite où plane le risque de la mort sera pour chacun la possibilité de s’affirmer en tant qu’être vivant (d’où le titre). Mais au-delà de ce positivisme revendiqué, le réalisateur a l’intelligence et la sensibilité de ne pas mettre son film au service d’un militantisme volontariste et de laisser la possibilité aux intervenants d’exister dans leur singularité. Si l’humain tient une place prépondérante dans le propos, il est néanmoins ici question de discipline et de l’adaptabilité de chacun : choisir la bonne altitude, comprendre la force des vents, savoir réagir en cas d’imprévu, etc. De nombreuses scènes confrontent notre groupe d’apprentis parachutistes aux règles à maîtriser : il y a les bons élèves et ceux qui, en dépit de leur bonne volonté, sont un peu désorientés. Dès lors, on comprend que malgré un dénominateur commun (l’ombre du VIH), ces hommes sont tous sensiblement différents : que ce soit dans leurs projets de vie, leur rapport au couple ou à la prise de médicaments, il n’y a pas deux chemins de vie similaires. En somme, au-delà de la nécessité de ne pas relâcher les discours sur la prévention, force est de constater que les séropositifs n’ont, en France et dans les années 2010, plus nécessairement leur avenir scellé par la maladie. Parce qu’il a bien fallu amener les participants à s’exprimer sur des sujets incontournables, certaines confidences relèvent parfois du passage obligé : la réaction de chacun face à la nouvelle de la contamination, le comportement à adopter dans sa vie sexuelle, la honte ou l’acceptation de sa maladie, etc. Néanmoins, la sincérité avec laquelle s’exprime chacun amène à relativiser cet artifice d’écriture. Derrière le discours et les idées, c’est surtout beaucoup d’amour dont il est question : celui qu’on partage, celui qu’on attend désespérément ou celui auquel on a d’une certaine manière renoncé au nom d’une liberté solitaire. Malgré un tournage restreint sur six jours, le réalisateur est parvenu à capter ces petits détails qui en disent long sur l’humanité et la belle sensibilité des participants : à la dérobée, la caméra attrape un mot anodin, un geste discret, une écoute ou encore un fou-rire qui en disent finalement plus sur la complexité du sujet que les louables intentions de départ. En guise de conclusion, Vivant ! s’achève sur le silence de l’ascension puis de la chute libre : après avoir laissé plonger le dernier participant, la caméra filme l’avion resté vide faisant un tour complet sur lui-même. Aérien, léger et mélancolique, ce plan est une jolie métaphore d’un retour à la vie terrestre pour nos personnages après un bref moment d’apesanteur. En somme, la vie les attend. »
Clément Graminiès – Critikat.com

Séance

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
lundi 20 avril à 20h30 (séance unique en présence du réalisateur)

Bande annonce

Laisser votre avis