WILD

affiche WildFilm de Jean-Marc Vallée
(Biopic – USA – 2015 – 1h56 – V.O.S.T.)
Avec: Reese Witherspoon, Michiel Huisman, Gaby Hoffmann, Laura Dern …
Avertissement: certaines scènes sont susceptibles de heurter la sensibilité du public.
Film présenté dans le cadre du festival Roman & Cinéma

Après plusieurs années d’errance, d’addiction et l’échec de son couple, Cheryl Strayed prend une décision radicale : elle tourne le dos à son passé et, sans aucune expérience, se lance dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres, à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue… Cheryl va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force.

« Il y a cette scène géniale dans La Mort suspendue, de Kevin Macdonald, où le héros alpiniste, bloqué dans une crevasse, sait qu’il va y passer et dit que tout ce qui occupe son esprit à ce moment-là, c’est la chanson de Boney M., « Brown Girl in the Ring ». Parce qu’il a fini par s’en sortir, l’anecdote est aussi amusante que vertigineuse car elle révèle la place centrale qu’occupe la musique dans notre esprit quand le sol se dérobe sous nos pieds. À sa manière, Wild évoque également cette idée-là, sauf qu’ici Simon and Garfunkel remplacent Boney M. La rencontre entre deux obsessionnels de la pop, Nick Hornby au script et Jean-Marc Vallée à la caméra, ne pouvait déboucher que là-dessus. L’intelligence du film est de formuler cette idée en creux, sachant que la partie émergée, plus attendue, tient à la fois de la balade existentielle vers le grand nulle part et du mélo sacrément chargé. Porté par l’art du chromo du cinéaste et par la mélancolie de son scénariste, on comprend vite que Wild doit s’aborder comme un véritable voyage mental dans lequel l’héroïne fouillerait dans sa mémoire afin de mettre au jour des bribes d’humanité. Pour que cela fonctionne, il fallait trouver une harmonie, mettre en place une écriture purement musicale. D’où cette idée du patchwork FM assemblant époques et tonalités comme autant de points d’ancrage sensibles. Lorsque Cheryl, à la fin de l’aventure, décide de devenir quelqu’un d’autre, il ne lui reste plus que la mélodie d’El Condor Pasa pour se souvenir une dernière fois du chemin parcouru. »
François Grelet – Première

Séance

Vernoux (espace culturel Louis Nodon)
dimanche 04 octobre à 16h

Bande annonce

 

Laisser votre avis