A L’ABORDAGE

***** En symbiose avec ses personnages, qu’il observe et filme avec ce subtil mélange de retenue et d’empathie dont il est coutumier, le réalisateur de « Un monde sans femmes » signe une nouvelle comédie solaire et joyeusement mélancolique sur les « galériens » de la carte du Tendre. Le charme est ténu.
Télérama

***** La beauté du film se tient en premier lieu dans cette manière du cinéaste à œuvrer pour une simplicité et une raréfaction de l’action et faire de ces espaces extérieurs les lieux même de l’intimité. (…) « A l’abordage » est un film plein de grâce, une grâce tenant aussi bien à son économie qu’à sa beauté formelle et narrative.
Culturopoing.com

****   Le bien que peut faire aujourd’hui l’échappée dans la Drôme estivale d’À l’abordage a directement à voir avec sa temporalité, si éloignée de celle que nous subissons depuis des mois : il s’agit de considérer le cinéma comme une intensification du présent dans la jouissance souveraine de l’espace.
Cahiers du Cinéma

Synopsis

Paris, un soir au mois d’août. Un garçon rencontre une fille. Ils ont le même âge, mais n’appartiennent pas au même monde. Félix travaille, Alma part en vacances le lendemain. Qu’à cela ne tienne. Félix décide de rejoindre Alma à l’autre bout de la France. Par surprise. Il embarque son ami Chérif, parce qu’à deux c’est plus drôle. Et comme ils n’ont pas de voiture, ils font le voyage avec Edouard. Evidemment, rien ne se passe comme prévu. Peut-il en être autrement quand on prend ses rêves pour la réalité ?

Précédé du court métrage : BROCCOLI

Film de Christophe Ivan SainzPardo
04’00 / Fiction, comédie / Espagne / 2019
Si la vie vous apporte un brocoli, commandez une pizza!

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.