BEAU JOUEUR

****   Delphine Gleize s’attache à montrer les coulisses de la vie de l’équipe, et ce qui relève du quotidien, davantage que les matchs – lors desquels nous ne verrons pratiquement rien de ce qui se passe sur le terrain, seulement les réactions des remplaçants et du coach. Ce parti pris s’avère très judicieux, instillant une tension prenante même pour un spectateur qui ne s’intéresse aucunement au rugby.
Positif

****   Ce documentaire, filmé dos à la pelouse, ne raconte pas le rugby mais explore la possibilité du dépassement de soi par le psychotrope de l’adrénaline de groupe.
Le Journal du Dimanche

****   Un remarquable film au féminin singulier sur le masculin pluriel.
Télérama

Synopsis

J’ai imaginé Beau joueur comme le roman d’un dépit amoureux et la chanson d’une reconquête.Une équipe de rugby qui a conquis la liste convoitée du TOP 14 est une équipe qui a touché du doigt, dans un enthousiasme débordant, un Graal fragile, adoubée par un public dont la ferveur est réputée inégalable.

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.