LA CORDILLERE DES SONGES

****   Patricio Guzmán l’exilé clôt une trilogie fascinante sur ce Chili qui le hante. Cherchant dans les Andes, somptueuses, les traces des drames de la dictature.
Télérama

****   À cette vision inouïe, Guzmán accole sa voix off, lente, articulée, consciente de chaque effet de sens, et des interviews d’artistes locaux, qui évoquent à la fois la montagne, sa présence, et la persistance de la blessure des années Pinochet.
Première

****   Ce que traque Guzmán, dans une alternance (…) est bien la possibilité d’une révolte. Lorsqu’il filme ces rues désertées par les manifestants, domestiquées par le capitalisme, présenté comme une nouvelle forme de régime autoritaire, il en appelle à une révolution larvée aujourd’hui advenue. Cinéaste de la mémoire chilienne, Guzmán s’est fait, le temps d’un film, l’annonciateur du futur immédiat de son pays. Le songe est devenu réalité.
Les Inrockuptibles

Synopsis

Au Chili, quand le soleil se lève, il a dû gravir des collines, des parois, des sommets avant d’atteindre la dernière pierre des Andes. Dans mon pays, la cordillère est partout mais pour les Chiliens, c’est une terre inconnue.

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.