LITTLE PALESTINE, JOURNAL D’UN SIEGE

***** Abdallah Al Khatib donne corps à une œuvre qui tient à la fois du film de montage, du documentaire militant, de la chronique familiale et de l’œuvre mémorielle.
L’Humanité

****   « Le siège est une interminable noyade dans le temps », écrit l’auteur dans Les Règles d’un siège, son carnet quotidien, qui accompagne les images. Des mots puissants qui cognent, heurtent et alarment. On ne sort pas indemne de Little Palestine.
Télérama

****   (…) l’intensité tient précisément à la durée de l’observation à l’aune de la lenteur du temps du siège. Loin de toute exhibition obscène de la douleur ou de la terreur, le film met en œuvre un art à la fois politique et poétique que plusieurs intermèdes inspirés explicitent « Cherche du sens dans les détails que tu crains de voir disparaître. Prends une caméra, cherche du sens.
Cahiers du Cinéma

Synopsis

Suite à la révolution syrienne, le régime de Bachar Al-Assad assiège le quartier de Yarmouk (banlieue de Damas en Syrie), plus grand camp de réfugiés palestiniens au monde. Yarmouk se retrouve alors isolé et le réalisateur témoigne des privations quotidiennes, tout en rendant hommage au courage des enfants et des habitants du quartier.

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.