NOS FRANGINS

****   Le meurtre d’un beur par un policier, la même nuit que la mort de Malik Oussekine…. L’autopsie sidérante d’une colère.
Télérama

****   Mais, en faisant dialoguer des images d’archives avec la part de fiction du récit, il crée l’illusion de rapporter fidèlement les faits. De ce point de vue, c’est une réussite, souvent sidérante, bien rythmée et intelligemment construite. 
L’Humanité

****   Mis en scène avec sobriété et incarné par des acteurs irréprochables, ce film épuré honore la mémoire de deux garçons fauchés dans leur jeunesse et évoque avec pertinence les coulisses de deux affaires liées de façon inextricable et dramatique. Puissant et émouvant.
Les Echos

Synopsis

La nuit du 5 au 6 décembre 1986, Malik Oussekine est mort à la suite d’une intervention de la police, alors que Paris était secoué par des manifestations estudiantines contre une nouvelle réforme de l’éducation. Le ministère de l’intérieur est d’autant plus enclin à étouffer cette affaire, qu’un autre français d’origine algérienne a été tué la même nuit par un officier de police.

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.