DOGMAN

****   Une tragédie au sens propre du terme : Dogman joue la tension permanente de l’injustice et de la colère rentrée qui tord le bide, jusqu’à l’explosion de violence finale. On en sort complètement sonné.

Première

****   En ces temps de Trump, de Kim Jong-un, de Netanyahou, de Daech, de Ligue du Nord, bref de chiennerie idéologique et de montée de la loi de la force, la métaphore politique de Dogman semble transparente. Mais c’est aussi une fable humaine qui dépasse son manichéisme apparent, comme le prouvent les ultimes séquences et le dernier plan, magnifiques. La misère appelle la violence, mais sous les pavés de la violence subsiste parfois la plage de l’humanisme.

Les Inrockuptibles

****   Dogman se déroule dans une Italie moribonde et froide, magistralement filmée : un enfer presque fantastique de béton écaillé dans une zone périphérique de bord de mer. Il n’y subsiste que les rapports de force, traités sur un ton convulsif, presque à l’os, qui rappelle celui de Gomorra, le film du réalisateur sur la Mafia napolitaine.

Télérama

Synopsis

Dans une banlieue déshéritée, Marcello, toiletteur pour chiens discret et apprécié de tous, voit revenir de prison son ami Simoncino, un ancien boxeur accro à la cocaïne qui, très vite, rackette et brutalise le quartier. D’abord confiant, Marcello se laisse entraîner malgré lui dans une spirale criminelle. Il fait alors l’apprentissage de la trahison et de l’abandon, avant d’imaginer une vengeance féroce…

Séances

Vernoux, salle Louis Nodon
DateHeureVersionInfo
Vendredi 3 août 201821h00VOST
Dimanche 5 août 201818h00VOST
Lundi 6 août 201821h00VOST
Lamastre, centre culturel
DateHeureVersionInfo
Jeudi 2 août 201821h00VOST
Mardi 7 août 201821h00VOST

Laisser votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.