SI BEALE STREET POUVAIT PARLER

***** Barry Jenkins est l’un des rares cinéastes américains à revendiquer ce romanesque pictural et musical échevelé, appelant le spectateur à ressentir le film à travers chaque couleur et chaque note. Il vous transperce par la pureté de ses images, de sa bande originale, des émotions.
CinemaTeaser

***** Formaliste inspiré, Jenkins, grâce à un travail sur les rouges et les verts proche de Douglas Sirk et à l’association des gros plans et de nappes musicales mélancoliques, porte les émotions à un degré d’incandescence rarement atteint.
Positif

****   La fin de Beale Street est émouvante, tant elle superpose, implicitement, l’hier et l’aujourd’hui. Entre résignation et fidélité à eux-mêmes, les deux jeunes parents n’ont plus qu’à croire dans un avenir où leur enfant, au moins, vivra mieux… Ensemble, ces trois-là forment une belle allégorie de l’endurance.
Télérama

Synopsis

Harlem, dans les années 70. Tish et Fonny s’aiment et envisagent de se marier. Alors qu’ils s’apprêtent à avoir un enfant, le jeune homme, victime d’une erreur judiciaire, est arrêté et incarcéré.Tish s’engage dans un combat acharné pour prouver l’innocence de Fonny et le faire libérer…

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.