FREAKS OUT

***** Véritable déclaration d’amour à la culture italienne, celle des anonymes, des humbles et des marginaux, ce merveilleux monstre incite à une perception poétique vomissant la norme, où les super pouvoirs définissent l’infinie supériorité de l’art sur le monde. En cela, le geste est aussi politique : exacerbant l’impureté esthétique, l’hybridité, Gabriele Mainetti s’intègre tout naturellement à sa galerie de freaks.
Culturopoing.com

***** Par quel alignement de planètes un metteur en scène italien de 45 ans a bien pu accoucher d’un spectacle pareil, ressuscitant une idée de cinéma que les Européens ne savent plus fabriquer et qu’Hollywood ne veut plus imaginer.
Première

****   Un film totalement hors mode, qui réussit à se moquer de la vogue des super-héros Marvel et à trouver un ton qui allie bouffonnerie et fantastique.
Le Nouvel Observateur

Synopsis

Rome, 1943, sous occupation nazie, la Ville éternelle accueille le cirque où travaillent Matilde, Cencio, Fulvio et Mario comme phénomènes de foire. Israel, le propriétaire du cirque et figure paternelle de cette petite famille, tente d’organiser leur fuite vers l’Amérique, mais il disparaît. Privés de foyer et de protection, dans une société où ils n’ont plus leur place, les quatre « Freaks » vont tenter de survivre dans un monde en guerre…

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.